Secrets dargent, intrts et inflation - 1. Cration de largent

PDF Print E-mail
Written by Rudo de Ruijter   
Wednesday, 10 October 2007
Share/Bookmark


  • L’argent joue un grand rôle dans notre vie. Dans la société aussi, presque tout est déterminé par l’argent. Il est étrange que si peu de gens connaissent les jongleries grâce auxquelles l’argent prend naissance et disparaît. La plupart des gens voient que leur argent dévalue tous le temps, mais ils ne savent pas que c’est provoqué, avant tout, par le système d’argent lui-même.
  • Pareillement, l’éternelle chasse à la croissance économique et la pression toujours croissante sur la productivité dans les pays industrialisés, sont causées par les principes de ce système. Le système d’argent peut aussi servir à l’oppression, par exemple des pays du Tiers Monde, ou être le motif de guerres, comme celle contre l’Irak.

    Aimeriez-vous faire un petit tour dans les coulisses ? Bienvenue dans le cirque des jongleurs de l’argent !

  • 1. Création de l’argent
  • 2. Inflation permanente
  • 3. Les banques centrales ont besoin d’inflation
  • 4. Caprices de la masse d’argent
  • 5. La guerre contre l’Irak
  • 6. L’oppression du Tiers Monde
  • 7. L’arme de la Chine
  • 8. L’inflation et la croissance économique
  • 9. Encore plus de croissance ou une société durable ?

1. Création de l’argent

Des échanges, un besoin fondamental

  • Les gens ont besoin de produits et de services les uns des autres. Ils utilisent de l’argent pour leurs échanges. Bien entendu, il serait agréable que l’argent soit un instrument de change honnête. Mais ce n’est pas le cas. L’argent perd de la valeur tout le temps.

L’argent n’appartient pas à l’État

  • La plupart des gens pensent que l’argent est créé par l’État. Pourtant, la plupart des gouvernements ont peu ou rien à dire sur la masse monétaire de leur pays. Les banquiers ont pris ce pouvoir. Ils ont transformé cet instrument d’échange en un instrument lucratif en imposant le paiement d’intérêts. De façon permanente les banquiers encaissent des intérêts sur la quasi-totalité de l’argent au monde.

L’argent est créé par les banques commerciales

  • Les banques commerciales créent continuellement de l’argent pour des prêts. Elles créent cet argent tout simplement par l’inscription de chiffres dans les comptes bancaires des emprunteurs, qui peuvent ensuite dépenser ces montants, comme si c’étaient des billets de banque. Aujourd’hui la grande majorité de l’argent existe seulement sous forme de nombres dans des comptes bancaires. Par la loi, ces nombres ont la même valeur que des billets de banque et des pièces de monnaie.

  • Chaque banque commerciale est autorisée à créer de l’argent nouveau de cette manière. Dans les coulisses, commence alors les jongleries lucratives avec l’argent des autres. C’est que, en inscrivant des chiffres dans des comptes, ces montants sont comparables à des chèques sans provision. La banque elle-même n’a pas d’argent. Quand l’emprunteur dépense le montant inscrit en faisant un chèque ou un ordre de paiement, la banque utilisera l’argent des ses autres clients pour régler la dépense de l’emprunteur. Invisiblement, cet argent est pris dans leurs comtes de dépôts et d’épargne. Vous ne vous en rendrez pas compte. Les montants sur vos comptes restent inchangés. Et lorsqu’arrive le moment où vous voulez disposer de nouveau de votre argent, il y aura bien eu un autre emprunteur qui aura juste remboursé son emprunt à la banque. Ainsi vous ne vous apercevrez de rien. Par expérience, les banques savent que les clients ne retirent qu’assez peu d’argent de leurs comptes de dépôts et d’épargne, avant que d’autres versements arrivent sur ces comptes. Une petite réserve suffit pour faire face à leurs besoins courants. Dans beaucoup de pays la loi stipule le minimum des réserves que les banques doivent maintenir. C’est souvent quelque chose comme 10 pour cent. La plupart du temps ces réserves obligatoires sont alors maintenues à la banque centrale du pays.

  • Comme les banque utilisent l’argent des autres pour régler les dépenses faites avec l’argent nouvellement créé, elles ne peuvent pas en créer de façon illimitée. Dans la pratique près de 90 pourcent de tout l’argent sur les comptes de dépôts et d’épargne sert à régler les dépenses faites avec l’argent créé.

  • Cependant, l’argent sur les comptes de dépôt et d’épargne est pareillement de l’argent qui, auparavant, est sorti par magie du chapeau du banquier. Ainsi, le nouvel argent créé d’un coup de baguette magique est financé par de l’argent magique créé auparavant. Mais tant que personne ne le remarque, le jongleur recueille les applaudissements. Jetons un coup d’œil sur les conséquences.

Le manège des prêts 

  • Les emprunts ont un effet caché. Quand l’emprunteur dépense l’argent, la personne qui le reçoit le déposera à sa banque. Cette banque, grâce à ce dépôt, peut émettre de nouveaux prêts. Ces prêts aussi, seront dépensés et deviendront des dépôts dans une banque suivante. Et ainsi de suite. Bien entendu, à chaque nouvelle ronde une banque encaisse des intérêts. C’est un vaste manège de création d’argent, qui gonfle la masse totale dans le pays.

  • Chaque fois que les prêts, émis par une banque, arrivent comme dépôts à une banque suivante, une nouvelle ronde de prêts peut démarrer. Le schéma s’applique aussi quand l’argent d’un prêt est dépensé et revient comme dépôt à la même banque.

  • S’il n’y avait qu’une seule banque dans le pays, il deviendrait évident très vite, que cette banque crée continuellement plus d’argent en accordant des prêts, recevant l’argent peu après comme dépôts, accordant de nouveaux prêts, recevant cet argent de nouveau comme dépôts, et ainsi de suite.

  • Donc, l’effet du manège c’est que l’ensemble des banques créent toujours plus de prêts et encaissent plus d’intérêt tout le temps. Cela gonfle la masse d’argent de nombreuses fois. Mais, quand on y réfléchit, est-ce que nous, ou les banquiers, en deviennent plus riches ?

  • Les banques ont beau créer plus d’argent, mais elles ne créent pas magiquement plus de marchandises à acheter. Quand les gens ont davantage d’argent, mais qu’il y a toujours autant de choses à acheter, c’est tout simplement les prix qui augmenteront. Chaque unité monétaire perd alors un peu de sa valeur. Cela s’appelle l’inflation.

  • Donc, quand les banques mettent plus d’argent en circulation, la valeur de chaque unité monétaire descend. Et cela est vrai également pour les intérêts que les banques encaissent. Quand les banques émettent 10 fois plus de prêts et gonflent par 10 fois la masse de l’argent, les intérêts qu’elles encaissent valent aussi 10 fois moins.

La concurrence assure l’inflation

  • La plupart des pays n’ont qu’une devise officielle, mais de multiples banques commerciales qui émettent l’argent. Et, bien que les banques ensemble ne deviennent pas vraiment plus riches du gonflement de la masse d’argent, elles la gonflent quand-même. La seule raison pour cela est la concurrence entre elles. Lorsqu’on parle de concurrence entre entreprises, on dit généralement que c’est sain. Mais chez les banques, la compétition veut dire prêter le plus possible et donc un maximum d’inflation.

  • Pour chaque banque la concurrence est simplement une lutte pour encaisser davantage d’intérêts et pour augmenter sa part de marché et ses profits. La banque avec les meilleurs résultats se développera plus vite que les autres et, à la longue, pourra dévorer ses concurrents.

L’écart entre riches et pauvres

  • Pas tout le monde peut emprunter l’argent qu’il veut. Pour prêter de l’argent, la banque demande une garantie, qu’elle pourra saisir, si l’emprunteur manquait à ses versements. Ceux qui ont suffisamment de garanties peuvent obtenir des prêts et investir facilement. Les grandes entreprise payent même moins d’intérêt. La demande de garantie cause un élargissement continuel de l’écart entre les riches et les pauvres.

  • Pour chaque pays ceci est un danger qui guette en permanence. Comme ce sont les banques et non les gouvernements qui décident des prêts, les gouvernements ne peuvent que tenter de masquer les fissures sociales, mais ne pourront ni les guérir ni les empêcher.

Prêts pour investissements et consommation

  • Un effet des emprunts que tous les emprunteurs ne connaissent que trop bien, c’est que la somme principale doit être remboursée avec des intérêts. Un entrepreneur qui emprunte de l’argent pour des investissements devra produire un revenu supplémentaire pour payer ces intérêts. Les prêts pour les investissements ne sont pas seulement une vache à lait pour les banquiers. Ils peuvent aussi aider à générer plus d’activité économique. Le rôle utile des banques pour la société serait donc, qu’elles mettent à disposition des prêts pour des investissements.

  • Par contre, les prêts pour des articles de consommation, ne contribuent normalement pas à plus de consommation. Il est vrai, que grâce au crédit, l’achat d’un article se fait plus tôt. Cependant, cet avantage est anéanti par une plus longue période de pouvoir d’achat réduit, car le consommateur doit non seulement gagner l’argent de son achat, mais aussi l’argent pour les intérêts. Il achètera donc moins de produits de consommation avec son salaire. Et des intérêts qu’il paye à sa banque, il n’y a qu’une partie qui finit comme salaire des employés de la banque, et il n’y a qu’une partie de ces salaires qui sera utilisée pour acheter des produits de consommation. Donc, les prêts pour des produits de consommation mènent plutôt à une diminution des achats de de ces produits.

Où va l’argent ?

  • Dès que l’emprunteur a dépensé l’argent de son prêt, il est assez imprévisible ce que feront les détenteurs successifs de cet argent. Un garagiste peut le recevoir en vendant une voiture à l’emprunteur. Le garagiste pourrait payer cet argent comme salaire à un de ces employés. Ce dernier pourrait en utiliser pour payer son loyer. En fait, dès que l’argent entre dans le grand jeu des transactions parmi les gens, il peut servir à toutes les fins pour lesquelles nous utilisons de l’argent.

  • Pendant la durée des prêts, l’argent est transféré de banque à banque chaque fois que des détenteurs de comptes d’une banque effectuent des paiements à des détenteurs de comptes d’une autre banque. À cette fin la banque centrale gère un compte pour chaque banque et exécute ces transferts.

  • Parfois il est plus pratique d’utiliser des billets de banque et des pièces de monnaie. À la banque ou à un guichet automatique on peut retirer de l’argent de son compte. Quand on le dépense, la personne qui le reçoit l’apportera à sa banque et verra le montant apparaître sur son compte. L’argent peut prendre la forme d’argent comptant ou de nombres sur des comptes bancaires. Pour les paiements cela ne fait pas de différence.

Où finit l’argent ?

  • L’argent finit au moment où l’emprunteur rembourse la somme principale du prêt à sa banque. À ce moment la banque transfère l’argent du compte de dépôt de l’emprunteur à son compte de crédit. Le compte du crédit montrera alors que la dette a été réduite. L’argent est venu au monde en inscrivant un nombre sur le compte de l’emprunteur et disparaît en diminuant ce nombre jusqu’à zéro.

  • L’emprunteur doit aussi verser des intérêts à la banque. L’intérêt ne fait pas partie de l’argent que la banque a créé pour cet emprunteur. L’emprunteur doit travailler et l’obtenir d’autre argent en circulation. (Par définition, cet autre argent fait partie de la masse totale des prêts en cours dans le pays à ce moment.)

  • Donc, l’argent cesse d’exister au fur et à mesure que les prêts sont remboursés. Et si tous les prêts étaient remboursés, il n’y aurait plus aucun argent. Cependant, pour le moment, il y a des océans d’argent et sur tout cet argent les banques encaissent des intérêts.

Non-banquiers comparés aux banquiers

  • Dans la société l’argent circule. L’argent vient vers vous quand vous produisez ou faites des choses que d’autres veulent. L’argent roule dans l’autre sens, quand vous achetez des choses ou faites travailler des gens pour vous. Eventuellement vous pouvez épargner un peu pour plus tard. Les banquiers font cela différemment. Ils prennent tout simplement de l’argent des autres et le dépensent. Cela est basé sur le principe que l’argent leur appartient, puisque c’est eux qui l’ont créé. Ainsi les banquiers trouvent logique, qu’ils ont le droit d’encaisser un loyer. En effet, dans certains pays les intérêts s’appellent « rente », ce qui vient de l’anglais « rent », et veut dire « loyer ». Nous ne possédons pas l’argent, nous le louons.

  • Bien que tout le monde utilise l’argent, les banques font toujours payer ce loyer par le premier utilisateur, l’emprunteur. Nous verrons plus loin, comment les banques font payer les autres utilisateurs également.

  • Les banques ne peuvent pas être considérées comme des entreprises commerciales normales. Elles se sont déclarées propriétaires de tout l’argent et font payer la population pour le louer.

Fin de durée

  • Presque tout l’argent est temporaire. Les prêts terminés doivent être remplacés par de nouveaux prêts pour maintenir de l’argent en circulation. Les prêts commencent à des moments différents et ont des durées différentes. Souvent l’emprunteur rembourse chaque mois une partie de son prêt. Cela signifie, que chaque somme d’argent en circulation a sa propre date de fin, la date prévue pour le remboursement par l’emprunteur.

  • Le montant total de l’argent en circulation détermine de combien d’argent nous disposons pour nos transactions et, à la longue, cela détermine le niveau général des prix des produits et des services.

Transactions

  • Pendant sa vie l’argent est un moyen d’échange pour des transactions. Une transaction a lieu quand deux parties la trouvent intéressante. « A » trouve que l’argent qu’il obtient est plus intéressant et « B » trouve la voiture d’occasion plus intéressante. Un échange a lieu. Maintenant « A » a l’argent et « B » la voiture et tous deux sont satisfaits.

  • Les transactions peuvent inclure un paiement pour une valeur ajoutée. Quand un boulanger fait du pain, il ajoute son travail à la farine, au lait et à la levure. Le travail qu’il effectue représente la valeur ajoutée. Quand il vend le pain, la transaction n’est pas juste un échange de propriété, mais elle inclut aussi le paiement de la valeur ajoutée.


Last Updated ( Monday, 15 October 2007 )
 
< Prev   Next >

NM 2014 News
mod_dbrss2 AJAX RSS Reader poweredbysimplepie
Join us on Facebook
Newrop Mag







In memoriam
In memoriam
After a long battle against the disease Franck Biancheri passed away 30th of October 2012, at the age of 51. A great European, a militant democrat, a wonderful person.
Franck Biancheri was founder of AEGEE and founding fathers of the ERASMUS programme. He also was research director of the European thinktank LEAP 2020. In 2005, following the no of the Dutch and French to the Constitutional Treaty, Franck Biancheri founded the European citizens movement Newropeans.