Nouveautés
Ce sont les transformations énormes que nos sociétés attendent Lire l’information >>> Ils ont pris le pouvoir pour gagner de l‘argent Lire l’information >>> Donald Trump en finira avec les néoconservateurs et leurs idées qui coûtent cher Lire l’information >>> La chute de l’Ukraine est inévitable Lire l’information >>> Brexit !? Impatience de la France et de l’Allemagne Lire l’information >>>

Donald Trump en finira avec les néoconservateurs et leurs idées qui coûtent cher

Gefira.org

sacrifice

Il est fort probable, comme nous le prévoyions en août 2015, que Trump remporte les élections présidentielles. 1)The world should prepare for Mr. Trump as the next president of the USA Source Gefira 2015-08-15 Il est soutenu par la plus puissante partie de l’élite américaine. En octobre 2015, la chaîne CNN a consacré 78% de son temps d’antenne aux primaires républicaine. 2)CNN Has Spent 78% of Its GOP Primary Coverage on Trump Source RedState 2015-09-16 Selon mediaQuant les grandes chaînes de télévision et de radio ont consacré à Trump un temps d’antenne d’une valeur de 1,8 milliard de dollars, beaucoup plus qu’aux autres candidats, parmi lesquels Hillary Clinton a eu un temps d’antenne valant 746 millions de dollars.

References   [ + ]

1. The world should prepare for Mr. Trump as the next president of the USA Source Gefira 2015-08-15
2. CNN Has Spent 78% of Its GOP Primary Coverage on Trump Source RedState 2015-09-16

La décision politique d’un analyste allemand de S&P dirigée contre le nouveau gouvernement polonais

Gefira.org

shutterstock_307103525L’agence de notation financière Standard and Poor’s, connue pour ses décisions controversées, a, cette fois-ci, attaqué la Pologne à la suite de la vague d’hystérie nourrie par les médias européens. Cela a été fait concrètement par l’analyste allemand de S&P qui a conduit à abaisser la note de la Pologne de A- à BBB+ malgré des données économiques qui ne le permettent pas.

L’agence reconnaît officiellement que le changement de la note de la dette de la Pologne résulte du climat politique prétendument défavorable. Défavorable particulièrement au secteur financier et aux banques qui conformément à la nouvelle loi seront tenues de payer un nouvel impôt. L’objectif de l’abaissement de la note est de freiner les actions du gouvernement polonais qui contractera maintenant une dette sur des conditions beaucoup plus défavorables et qui pourrait avoir des difficultés à réaliser ses promesses électorales.

Vendredi après-midi (15.01.), le président polonais Andrzej Duda a signé la loi sur la taxe bancaire selon laquelle, à partir de février 2016, les banques, les sociétés d’assurance et les autres institutions financières seront tenues de verser à l’État 0,44 % de leurs actifs. Le jour même, quelques heures avant, le président a présenté le projet de loi portant sur l’aide aux personnes ayant contracté un prêt en franc suisse et qui, après l’assouplissement du taux de change, sont confrontées à des difficultés. Les médias de droite en Pologne suggèrent que l’abaissement de la note est une réponse du secteur financier aux actions des autorités polonaises.


Le sud-est de la Turquie commence à ressembler à la Syrie

Gefira.org

La guerre syrienne s’est déplacée sur le territoire turc. Les militants kurdes sont maintenant les destinataires d’armes préférés des pays occidentaux. Les États-Unis, l’Allemagne, les Pays-Bas et la Grande Bretagne arment les Kurdes et leurs assurent des formations militaires.

Les États-Unis fournissent des armes non seulement aux combattants peshmergas, dans le nord de l’Irak, conduits par le président Barzani – le principal allié américain dans la région, mais également aux différentes factions kurdes en Syrie sous l’égide du Parti de l’union démocratique (PYD). Les combattants kurdes en Syrie ont solennellement promis qu’ils ne transmettront pas les armes obtenues des Américains au PKK en Turquie. Cependant, il est impossible de vérifier si ce n’est pas le cas ; le journal « Daily Sabah » pro-gouvernemental se plaint déjà que l’Allemagne fournit des armes et assure des formations militaires aux rebelles du PKK.

Erdogan transforme la Turquie en un état islamo-fasciste alliant le nationalisme extrême et l’islamisme, dirigé par un chef d’état fort soutenu par l’armée.


Donald Trump : président américain venu de Wall Street

Gefira.org

photo a katz
photo a katz

En été, nous disions que Donald Trump peut devenir le prochain président des États-Unis. La plupart des spécialistes en matière de politique ne prenez pas cette éventualité sérieusement en compte. Trump était injustement considéré comme un personnage venant de nulle part et méprisé par l’élite américaine. Ils estimaient qu’il n’avait aucune chance de devenir président. Même quatre mois plus tard, quand la chaîne CNN annonçait que selon « le sondage CNN/ORC, Trump se plaçait en tête en termes de popularité »1, nombre de spécialistes observait ces résultats avec scepticisme.

La démocratie fonctionne selon un mécanisme très simple. Pour devenir président, le candidat doit avoir accès aux médias principaux. Dans plusieurs pays, ces médias sont en partie publics ; tandis qu’aux États-Unis ils appartiennent aux entreprises newyorkaises comme Twenty-First Century Fox (Fox News), Inc, Time Warner Inc (CNN) et National Amusements, Inc. (CBS), qui sont financés par les banques et les fonds d’investissement de Wall Street. Les informations diffusées aux sociétés actuelles ne sont pas contingentes. La présence ou l’absence d’une personne dans les médias sont soigneusement programmées.


La Turquie subira les conséquences de son impatience

Gefira.org

photo Andrey Khachatryan
photo Andrey Khachatryan

La décision d’abattre l’avion russe Su-24 était une décision politique exprimant l’exaspération de la Turquie par les opérations russes en Syrie, et qui n’était pas nécessairement une réponse à la violation de son espace aérien. Elle a également révélé l’immaturité politique et le manque de vision de la Turquie. Pour la Russie, c’est un coup qui peut être lourd de conséquences au niveau international. Et pour la Turquie, cette erreur peut, à long terme, signifier la perte d’une partie du territoire au profit des Kurdes.

Contexte et suite des événements

Si un avion devait être abattu à chaque violation de l’espace aérien d’un autre pays, la troisième guerre mondiale aurait déjà éclaté au-dessus des pays baltes où les incidents de ce genre, qui ne sont pas toujours provoqués par les pilotes russes, sont très fréquents. Dans ces cas-là, il est de rigueur qu’un contact visuel soit établi avec l’avion incriminé, pour assurer une identification indubitable de l’intrus. L’avion étranger est ensuite intercepté et escorté hors de l’espace aérien violé.