Saint-Sébastien: "Barney’s Version" film transculturel et Prix du public

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Culture
Écrit par Robert Scarcia   
01-10-2010
Share/Bookmark


Un film hors compétition officielle et quelque peu singulier sera l’objet de ma chronique d’aujourd’hui. Il s’agit de Barney’s Version, un production canadienne dirigée par Richard J. Lewis et librement inspiré par le dernier livre du grand écrivain montréalais Mordecai Richler, mort il y a une dizaine d’années juste après avoir participé à l’écriture de la mise en scène du film.

Le film était hors concours à Saint Sébastien, mais a remporté le Prix du Public, pour avoir récolté le plus grand nombre de voix entre tous les films présentés dans l’ensemble des projections. Après le rendez-vous manqué au Festival de Venise, ce succès du public devrait corriger la trajectoire du film pour le propulser inexorablement vers un oscar bien mérité. Le film, comme le livre, raconte le point de vue de Barney Panofsky d’un événement qui a marqué sa vie, mais cet événement n’est autre que la vie de Mordecai Richler/Barney : ses amitiés, son rapport à l’art, à l’amour durant quatre décennies. Le casting d’acteurs a été à la hauteur de l’écrivain juif montréalais d’expression anglaise. Paul Giamatti est à son meilleur dans le rôle de Barney ayant su capturer le verbe directe et sceptique de l’auteur, l’actrice britannique Rosamund Pike qui a admis « avoir appris l’accent américain » pendant les premiers jours du tournage du film à Rome, est splendide dans l’interprétation de Miriam, Barney a le coup de foudre au moment le plus insolite qu’on puisse imaginer. Que dire du grand Dustin Hoffman, remarquable dans le rôle du père de Barney. Policier à la retraite, il évoque avec franchise la mémoire de l’immigration, de la discrimination ethnique et sociale.

Il n’est pas nécessaire d’être Canadien ou encore Montréalais pour s’émouvoir devant les images de Montréal, de ses bars et ses restos, de son cimetière, des chansons de Leonard Cohen, de l’équipe de hockey des Canadiens de Montréal, véritable passion collective… pour reconnaître dans Barney’s Version, un film réussi.

Ce film a été tourné en partie à Rome. Dans le livre cependant, c’est Paris, la ville de référence des souvenirs de bohème de Barney Panofsky. Pourquoi ce changement ? Comme l’a expliqué le producteur canadien Robert Lantos, la ville éternelle a remplacé la ville lumière « parce que le livre Barney’s Version a eu en Italie un succès extraordinaire, à tel point que Mordechaï Richler me disait qu’au Canada il n’était qu’un écrivain, mais en Italie il était une rock star ». Mieux ! La langue italienne a fait du nom de l’auteur un néologisme ! « richleriano » est passé dans l’usage commun. Encore plus fort : un quotidien italien -Il Foglio- fait paraître un billet critique hebdomadaire écrit à la manière de Barney Panofsky et signé du son nom. Quand une culture –et une langue– adoptent à ce point un auteur, c’est que cet auteur participe de cette alchimie transculturelle qui fait voyager les œuvres de qualité et dignes de traverser le temps. Shalom Mordecai !

Robert Scarcia*
Saint-Sébastien, Espagne
(Combats Magazine)


-> Site officiel de la 58e édition du Festival International du cinéma de Saint-Sébastien



*
Robert Scarcia, Canadien expatrié qui vit à Hendaye à la frontière espagnole. Grand reporter et chroniqueur du monde hispanique. Il collabore notamment à Combats Magazine et eurocanada.info
 


Dernière mise à jour : ( 01-10-2010 )
 
< Précédent   Suivant >

Newropeans-Magazine 2014
 
NM 2014 News
mod_dbrss2 AJAX RSS Reader poweredbysimplepie
Join us on Facebook
Newrop Mag







In memoriam
In memoriam
After a long battle against the disease Franck Biancheri passed away 30th of October 2012, at the age of 51. A great European, a militant democrat, a wonderful person.
Franck Biancheri was founder of AEGEE and founding fathers of the ERASMUS programme. He also was research director of the European thinktank LEAP 2020. In 2005, following the ´no’ of the Dutch and French to the Constitutional Treaty, Franck Biancheri founded the European citizens movement Newropeans.